Accueil > Société > Les coulisses du vote de Nditije à la tête du CNARED : le combat (...)

Les coulisses du vote de Nditije à la tête du CNARED : le combat Bamvuginyumvira/Minani

vendredi 3 mars 2017, par Muco Hilaire

Le 28 février dernier, le CNARED élisait une nouvelle direction après plus d’un mois du report des élections pour remplacer l’équipe du Dr Jean Minani. Ce dernier, qui entendait rester, n’a pas pu passer face au lobbying du Sahwanya Frodebu dont il ne voulait pas le candidat.

La nouvelle direction du CNARED : Charles Nditije (PR), Chauvineau Mugwengezo (1 VP), Onesime Ngendakumana (2 VP), Anicet Niyonkuru, Secrétaire Exécutif
Quand Minani constate qu’il vient de manquer une voix pour rester à la tête du CNARED, face à Nditije qui récolte 14 sur les 27 présences dans la reunion, il se tourne vers Bamvuginyumvira et lâche : “Appelle Bujumbura pour dire à tes amis que tu as eu ma tête”. Il y a beaucoup de frustration dans cette phrase, que le président sortant lance après plus d’un mois d’intenses efforts pour rallier des opposants siégeant encore dans le CNARED derrière son nom. Il tient à rester, ce Minani qui n’a jamais vraiment supporté être deuxième dans les partis politiques.

Ainsi, après sa déconvenue en 2005 comme candidat présidentiel du Sahwanya Frodebu, le parti était pris par Léonce Ngandakumana, suscitant la frustration de Minani qui préféra alors s’allier avec le Cndd-Fdd en fondant le Frodebu Nyakuri. Le divorce interviendra à la veille de 2015. Selon des sources sûres, l’opposition du Dr Jean Minani au projet de changement constitutionnel, puis à la reconduction de Nkurunziza par le Cndd-Fdd aurait tenu aux maladresses de négociations du parti au pouvoir plus qu’à des principes de l’élu de Kirundo.

Quand Nyangoma prend la tête du CNARED dans l’été de 2015, Minani supporte de nouveau les seconds rôles et fomente le coup qui l’éjectera de la présidence de la coalition quelques mois plus tard.

Le CNARED au rythme des inimitiés des Frodebutses

La veille de cette élection, plusieurs membres du CNARED appellent Bamvuginyamvira à participer malgré sa suspension de la coalition par Minani, trois semaines plus tôt. Le Sahwanya Frodebu donne son feu vert à partir de Bujumbura, sous d’intenses efforts de Minani et l’ancien président Domition Ndayizeye qui ne veulent pas voir ce parti dans la réunion de Bruxelles.

Pour mettre devant le fait accompli ses détracteurs, Bamvuginyumvira s’installe dans la salle de réunion le premier, bien avant le début de la rencontre. Ce qui ne plaît pas à Minani, quand il entre : “Tu ne pouvais pas rater cette occasion pour venir semer la pagaille.”
Réponse mesurée de l’ancien vice-président : “Vous m’avez suspendu comme vice-président du CNARED, je suis ici comme le représentant d’un parti politique”.

Et la polémique commence. Les participants à la reunion doivent statuer : Bamvuginyumvira reste ou pas ? Le MSD d’Alexis Sinduhije représenté par Pancrace Cimpaye et Shuga tient à ce qu’il parte : “Si Bamvuga reste, nous sortons. Ou alors que tous ceux qui ont été punis se présentent dans cette reunion”. Finalement, ceux qui veulent qu’il reste seront les plus nombreux.
Le MSD claquera la porte en laissant une procuration à l’ancien boss de l’Assemblée Nationale, Pie Ntavyohanyuma.

Juste après, commence une nouvelle polémique : dans la liste des partis qui allaient voter, les votants apprennent que trois partis initialement membres de la coalition ont été suspendus du CNARED. Il s’agit de l’ALIDE, du parti des Abanyamwete et de l’ANADDE.
Ici aussi, l’assemblée convient de laisser tout le monde voter puisque cette suspension n’a jamais été portée à la connaissance de tous.

Au moment du vote, il y a deux candidats : Nditije na Minani. Ils vont se partager 27 voix, dont 4 venus de Bujumbura et 23 de Bruxelles. Tous ceux qui viennent de Bujumbura voteront pour Minani, suite au lobbying de Ndayizeye. Et quand l’assemblée apprend que c’est Charles Nditije qui élu, Bernard Busokoza qui soutenait Minani quittera la réunion avant la fin.

La candidature de Bamvuginyumvira sera de nouveau rejetée lors du vote du 2ème vice-président du CNARED. Poste qui reviendra à un frondeur de première heure, Onésime Nduwimana.

Au lendemain de ce vote, c’est l’opposant Tatien Sibomana qui aura la remarque la plus pertinente sur la nouvelle direction du CNARED : "Vu la configuration du nouveau directoire du cnared, ce sont des individus qui se font élire, pas des partis politiques"

by Irakoze Emmanuel