Accueil > Société > Les Burundais sont invités à s’apprêter à accueillir les réfugiés

Les Burundais sont invités à s’apprêter à accueillir les réfugiés

lundi 14 août 2017, par Muco Hilaire

Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a tenu une réunion le vendredi 11 août 2017, dans les enceintes du lycée municipal de Gasenyi dans la commune urbaine de Ntahangwa, à l’intention des hauts gradés de l’armée et de la police, les gouverneurs de provinces ainsi que les hauts cadres de la justice et les membres du gouvernement concernés par la justice et la sécurité. Il s’agissait d’une réunion d’évaluation de la sécurité au Burundi. Cette réunion se tient quarante cinq jours après celle qui s’est tenue à Kayanza en commune Muhanga. Il a été indiqué que la paix et la sécurité sont bonnes sur tout le territoire nationale malgré quelques cas d’insécurité liés aux conflits fonciers et au règlement de compte.

Selon le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, dans son mot de bienvenue, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a, dans son mots d’accueil, souhaité la bienvenue à tous les participants à cette réunion et a remercié le chef de l’Etat d’avoir accepté que cette réunion se tienne en mairie de Bujumbura. Il s’est réjoui du fait que cette réunion se tient au moment où en mairie de Bujumbura règnent la paix et la sécurité dans toutes les communes et qu’il y a néanmoins des activités qui se passent dans la mairie dans le cadre de la lutte contre les boissons prohibées, la prostitution et la délinquance. M. Mbonimpa a aussi informé que les marchés qui avaient été privatisés sont maintenant dans les mains de la mairie et que maintenant il y a beaucoup de fonds qui entrent dans les deniers de la mairie, donc dans les deniers publics. Les commissaires de police et les commandants de différentes régions militaires ont tour à tour présenté l’état sécuritaire chacun dans son coin. Ils ont signalé qu’il y a la paix dans tout le pays mais qu’il y a des choses à déplorer comme les accidents de roulage qui causent beaucoup de morts ; le lancement parfois de grenades et des attaques à mains armées. Selon eux, se sont des attaques qui n’ont pas des fins politiques mais qui sont liées aux cas sociaux comme les conflits fonciers, les règlements des comptes, etc.

Un centre culturel va bientôt être construit

Prenant la parole à son tour, le chef de l’Etat a indiqué que pour diminuer les accidents de roulage, il faudrait être rigoureux et voir si l’on ne peut pas faire une campagne pour que tous les usagers soient assurés. Il a indiqué qu’il faut aussi créer des dos d’âne sur différentes routes pour que les vitesses ne soient pas excessives. Le chef de l’Etat a aussi invité les chargés de la communication dans les organes de sécurité, de défense et de justice à s’atteler à présenter régulièrement les réalisations de ces organes parce que ces derniers travaillent très bien mais si les Burundais ou les étrangers ne savent pas ce qui se passe. C’est qu’il y a un problème, a-t-il dit.M. Nzeyimana a aussi souligné que cette réunion a été une occasion pour le chef de l’Etat d’informer les participants qu’un grand centre culturel va bientôt être construit à Gitega où sera exhibé tout ce qui est en rapport avec la culture burundaise pour des raisons touristiques. C’est entre autres ce qui est à faire avec les fêtes familiales ; comment la société burundaise était organisée avant l’arrivée des colonisateurs, etc. Le président de la République a constamment invité les Burundais à être toujours prêts pour accueillir les réfugiés qui rentrent en masse à partir du Rwanda et de la République unie de Tanzanie.

Deux réunions seront organisées d’ici la fin de ce mois

Selon toujours M. Nzeyimana, le numéro un burundais a également profité de cette occasion pour informer aux participants que d’ici la fin de ce mois il y aura deux réunions. La première va réunir le gouvernement du Burundi, celui de la Tanzanie et le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) pour préparer l’arrivée des réfugiés mais aussi qui va, une fois pour toute, condamner le comportement du HCR qui gonfle les chiffres des réfugiés alors que le gouvernement tanzanien indique que la réalité est tout autre. La deuxième réunion sera une retraite sous l’égide du chef de l’Etat lui-même qui sera organisée entre deux ministères, c’est-à-dire celui de la Sécurité publique et celui de la Justice pour essayer de trouver une solution à une sorte de mésentente qui se trouve entre les deux organes. Comme cela à la fin de cette retraite, on va faire un nouveau commencement surtout que bientôt on va entrer dans une période électorale.

Le chef de l’Etat n’a pas manqué de remercier toutes les personnes qui se sont impliquées dans la campagne de la préservation de l’environnement surtout les lacs et les rivières du Burundi. Comme tous les autres intervenants, il s’est réjoui du déroulement des camps de travail des élèves en vacances qui englobent aussi les cours de formation patriotique. Selon lui, à la fin de la deuxième moitié des camps de travail on va faire une évaluation professionnelle pour valoriser les travaux réalisés par ces élèves, c’est-à-dire que tel ou tel autre travail qu’ils auront réalisé sera valorisé en francs burundais ou en dollars pour montrer aux Burundais et à la communauté internationale que les élèves en vacances contribuent aussi au développement du Burundi. Après cette réunion, le chef de l’Etat a procédé à l’inauguration de deux infrastructures construites en mairie de Bujumbura. C’est-à-dire une entreprise de construction (Sismo) des maisons modernes en béton pour préserver l’environnement sise à Ngagara, quartier 10 et un hôtel constitué de vingt appartements construit à Kinindo à l’avenue du large.

ASTERE NDUWAMUNGU, http://www.ppbdi.com